Ça plane pour nous à 4750 m !

En partant dimanche soir de Trujillo, nous avions rendez-vous avec Huaraz, la « suisse péruvienne », perchée à plus de 3 000 mètres d’altitude. Grâce à la ponctualité des autobus péruviens, notre arrivée aux aurores nous laisse une journée entière pour découvrir la ville. Et là, c’est l’explosion de couleurs : habits traditionnels, peintures sur les murs, étalages de fruits et légumes… Bref, il faut s’imaginer Huaraz comme une fourmilière en pleine heure de pointe.

DSC04343

A l’heure de déjeuner, il est temps de mettre les pieds dans le plat (c’est le cas de le dire!) et de goûter à la « Cuy » (comprendre : cochon d’Inde frit). A voir les têtes de Martin et Louis, ça avait l’air plutôt goûtu !

16078901448_6fa7458233_o

16264317151_4c4d54aec6_o

Une fois rassasiés et reposés, nous voilà partis pour une petite ballade dans les hauteurs de la ville pour se mettre en jambe pour le trek de 50km qui nous attends le lendemain. Rencontre fortuite sur le chemin : une petite mamie péruvienne haute comme trois pommes (Agathe lui prenait clairement deux têtes, c’est dire!) et parlant seulement quechua nous guide à travers les champs. Et là, révélation : Clara semble mieux parler quechua qu’espagnol et devient la traductrice de la ballade ! Au passage, une petite pluie tombe à pic en fin de journée et nous permet de tester fièrement nos ponchos !

10937357_10155072195420285_2126025312_n

Mercredi matin à l’aube : c’est le grand départ pour le trek de 3 jours à l’assaut du Punta Union (4 750m d’altitude) en compagnie de Carlos, notre guide, Sergio, el « arriero » et Ayoub et Lizzy, deux autres baroudeurs. Face à l’épreuve ultime du col de Punta Union, chacun élabore sa stratégie comme il peut pour ne pas céder à la panique :

– Drogue dure pour Agathe qui mastique un kilo de feuilles de coca

– Technique du « je fonce tête baissée » pour Louis

– Jean qui rit, Jean qui pleure : c’est l’ascenseur émotionnel pour Clara

– Telles des bottes de 7 lieux, les contre façon Timberland made in Turquie de Martin lui donnent des ailes

Enfin, nous y sommes : 4 750 mètres d’altitude, le jeu en vaut la chandelle ! On vous laisse découvrir le paysage en image…

DSC04448

Les + de Carlos :

– La déforestation : en descendant la vallée, Clara remarque que les eucalyptus poussent de manière éparse. En fait, c’est un arbre qui consomme énormément de nutriments dans la terre. Les locaux les coupent pour favoriser leur agriculture vivrière.

– L’église évangéliste s’est implantée massivement dans la région de Huaraz il y a cinq ans via une ONG italienne. Cette religion bannissant l’alcool, les habitants de la région y ont trouvé la solution pour se sevrer et sortir du cercle vicieux de l’alcoolisme. De plus, les évangélistes distribuent régulièrement des vivres et du matériel, ce qui attire une part d’autant plus importante de la population de la région.

– L’alpinisme rythme la vie à Huaraz d’où partent la majorité des grands treks de la région : boutiques d’équipements professionnels et agences de trekking abondent dans le centre de la ville…Un vrai business ! La saison humide d’octobre à avril ralentit la fréquentation des hautes montagnes en raison des fortes pluies qui arrivent systématiquement en fin de journée, voir toute la journée…(sauf pour les chanceux = nous !). De mai à septembre les alpinistes amateurs et professionnels se font plus nombreux. Prêts à affronter les plus hauts sommets profitant d’un climat sec, certes, ils doivent cependant faire face à des températures extrêmes allant jusqu’à – 10 degrés…

PS : retrouvez toutes nos photos en cliquant ici.

Publicités

6 réflexions sur “Ça plane pour nous à 4750 m !

  1. Isabelle 04 dit :

    Certains penseront que je chipote mais pour moi une température extrême,c’est moins 30-50. Moins 10 degré,c’est la température habituelle que nous avons en hiver. Moins 10 c’est seulement extrême pour des marseillais…est ce qu’il restait encore un peu d’air pour respirer à 4750 m ? Est ce que vous avez eu le mal des montagnes ? Bises. Fan de Clara

    J'aime

  2. claire leleu dit :

    Magique cette excursion et quelque peu divertissant à lire!
    Du coup malgré la diversité des projets à réaliser vous restez tous dans la même ville ??
    Merci bcp en tout cas pour l’alimentation efficace de votre blog! Une chose à dire, profitez, je donnerai tout pour avoir les pieds dans la boue et aller au boulot en pirogue 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s