Sur les rives du Huayabamba

1/ Emballé, c’est planté

Outil de lecture : 1€ = 3,5 Soles

Nous (Agathe, Martin-Auguste et Louis) sommes partis mercredi 21 janvier aux aurores pour rejoindre Clara à Pucalpillo afin de participer à la distribution annuelle de plantes organisée par Pur Projet, notre employeur, dans le cadre de leur programme de reforestation.

Il nous a fallu trois heures de bateau pour rejoindre le village. Pendant le trajet sur le Rio Huayabamba, nous découvrons de superbes paysages et rencontrons plusieurs producteurs des différentes communautés .

IMG_1384

Chaque année, Pur Projet distribue chaque année 5 000 plantes aux producteurs de cacao volontaires, ‘los socios‘.

Au bout de trois mois, chaque producteur reçoit une visite de Pur Projet, qui lui verse 0,5 Soles pour chaque plante vivante. Trois mois plus tard a lieu une seconde visite sur le même principe.

Ainsi, Pur Projet participe à la reforestation de la région et implique les producteurs en leur donnant cet « incentivo » qui vient compléter leur revenu de base.

Pendant ces trois jours, nous avons réalisé plusieurs tâches. La première, peu fatigante, fut de remplir les cageots de plantes. 30 plantes par cageot et un nombre infini de cageots. Ce travail a été réalisé en collaboration avec araignées, fourmis, vers, moustiques et autres monstres venus directement de l’enfer. Merci pour leur aide.

IMG_1366

IMG_1390

La suite s’est avérée bien plus éprouvante et périlleuse. Il a fallu descendre les cageots jusqu’au fleuve pour les charger dans le bateau. Deux aspects importants de la mission sont à prendre en compte : le poids de la cagette (ce souvenir va longtemps rester gravé dans les os de nos épaules) et le chemin : 100 mètres de boue, en pente. Chaque pas nous rapproche de la chute. La sueur coule sur nos fronts. Tous les insectes volants viennent goûter cette eau salée. La guerre du Vietnam c’était des vacances au camping en comparaison.

Bien sûr nous exagérons et nous avons pris beaucoup de plaisir à dépasser nos limites, surtout que la fin de la mission a été très agréable. Une fois les bateaux chargés, il ne restait plus qu’à distribuer toutes les plantes aux producteurs des alentours. Nous sommes donc partis décharger notre cargaison dans les villages du Huayabamba : Marisol, Huicungo, Dos de Mayo… Certains sont assez importants comme Huicungo qui regroupe 6000 habitants, mais la plupart sont de très petits lieux de vie.

IMG_1517

IMG_1479IMG_1488

2/ Rendez-vous chez les Pucalpillotes

A tout bien réfléchir, ces 4 jours d’aventure n’auraient pas eu la même saveur sans l’hospitalité et la joie de vivre des habitants du petit village de Pucalpillo. Loin des rues bruyantes et embouteillées de l’incontournable mégalopole de Juanjui, Pucalpillo ressemble plutôt aux petits hameaux si bien filmés par les caméras de Rendez-vous en terre inconnue. Eh oui, cette fois l’invité de l’émission ce n’est pas Adriana Karambeu ou Gérard Jugnot mais 4 petits étudiants de la banlieue Lilloise tous autant curieux de découvrir ce monde.

Bref, Pucalpillo est situé sur le bord du fleuve Huayabamba et n’est accessible que par bateau à pas moins de 3 heures de Juanjui. Ici, on vit au rythme du chant du coq et on ne plaisante pas avec les horaires : dès l’aube, c’est parti pour un concert orchestré par Paul le coq et ses collègues !

La maison de Pasiona chez qui nous dormons pendant ces quatre jours est un peu le point de rencontre du village, une vraie maison du bonheur. A chaque repas, une grande tablée prend place et profite des recettes secrètes de la maîtresse de maison. Parce que oui, il faut le dire, nous sommes littéralement tombés amoureux des bananes cuites au feu de bois et du poulet élevé au grain fraîchement abattu quelques heures avant le repas.
NB : pendant les quatre jours, on a même eu l’occasion de goûter du tatou (texture des plus improbables…Viande, poisson : on ne sait toujours pas dire !).

DSC04517

Le soir venu, après une bonne journée de travail, place à la détente ! La petite place centrale se transforme en stade de volley tel une arène enflammée. Les paris sont ouverts et c’est tout le village qui fouille ses fonds de poches pour parier sur son équipe favorite (Eh oui, on ne vous l’avait pas dit, mais les péruviens parient régulièrement de l’argent lorsqu’ils jouent au foot, volley, basket…). A ce petit jeu, Martin, Louis et Agathe ne s’en sortent pas si mal car il font remporter pas moins de 10 soles à leur équipe au bout de 3 sets de suspens intenable. Le match se finit tout pile à tombée de la nuit et heureusement : à Pucalpillo il n’y a pas d’électricité sauf entre 19h et 22h dans une poignée de maisons du village.

DSC04511

IMG_1456

Victoire dans la boue !

 

DSC04522

Seul(e) face à la nature

Après le dîner les enfants décident de regarder un film d’horreur (‘pelicula de terror’) ! Petite précision : les péruviens sont très friands de ce genre de film et à Pucallpillo il semblerait que nous ayons battu le record du plus grand nombre de spectateurs devant un écran pas plus grand que trois biscottes à la suite (on vous laisse mesurer ce que ça donne) ! Pour le coup, la séance de ciné prend un air convivial de dimanche pluvieux en famille !

Pour les plus grands, un petit Time’s up s’organise et c’est l’occasion pour nous de tester notre espagnol : faire deviner Napoléon Bonaparte, Ken ou Donald en 1 minute top chrono n’a pas été chose facile mais on s’en est plutôt pas mal sortis !

3/ Pucalpillo : la Venise péruvienne

On nous avait dit que c’était la saison des pluies mais honnêtement, on ne s’attendait pas à ça… Jeudi matin, la moitié du village de Pucallpillo est sous 1 mètre d’eau à cause des violentes pluies de la veille. Toute navigation rendue impossible par la montée des eaux, nous sommes obligés de retarder la distribution des plantes au lendemain. D’après les habitants, le village n’avait pas connu de telles crues depuis 5 ans selon Robert, 7 selon Yolanda et 20 selon Pasiona. Bref depuis… longtemps ! Pour être sérieux, beaucoup d’habitants de la région attribuent ce genre de phénomènes au changement climatique qui bouscule de plus en plus l’équilibre de la ‘selva peruana’.

Retrouvez toutes nos photos en cliquant sur : http://bit.ly/14TMd56 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s